Institut Des Epilepsies | Lyon | IDEE | La fondation idée

ODIAK chien d'alerte


Victor est assistant ingénieur au CNRS affecté dans l'équipe de recherche TIGER basée à l'institut des épilepsies. Depuis trois semaines, il vient travailler avec son chien d'assistance qui est devenu une part entière de lui-même. Un espoir de sociabilisation pour les épileptiques ! 
 
Voici son histoire :
 
« Depuis mon adolescence je suis très impliqué dans la lutte contre les fausses idées qui tournent autour de l’épilepsie. De plus j’ai toujours admiré les animaux qui sont a la fois si différents et si semblables à nous. Ma troisième passion est depuis mon enfance le rugby, que j'ai pratiqué pendant des années.
Mon labrador me permet donc de regrouper 2 des 3 centres d’intérêt qui me tiennent à cœur et cela tout en m’apportant une aide très importante dans la gestion de mes crises.
 
En apprenant l’existence de chiens d’assistance capables de prévenir leurs maîtres épileptiques qu’ils vont faire une crise d’épilepsie dans peu de temps, j’ai immédiatement ressenti l’envie et le besoin d’en avoir un. 
Au cours du mois de juin 2019 les membres de l’association Handi’Chiens ont donc reçu ma demande d’acquisition d’un chien et y ont donné rapidement suite.
Néanmoins, la sélection et le dressage d’Odiak, mon chien d’alerte, ayant été légèrement ralenti par la crise sanitaire de 2020,  j'ai dû patienter jusqu’en février 2021 pour que la charge m’en soit confiée.
J'ai suivi pour cela, un stage de deux semaines dans les locaux d’Handi’Chiens au cours duquel j'ai fait connaissance avec mon ami quadrupèdes et sa façon de penser, ce qui me permit ensuite de répondre plus précisément à ses demandes (dans la mesure du possible) et d’améliorer son bien-être à mes côtés.
De plus le chien étant un animal qui accorde énormément d’importance à la communication gestuelle et à l’intonation de la voie, ce stage m’a aussi permis d’apprendre les gestes à faire ou ne pas faire ainsi que les tons que je devais donner à mes commandes si je voulais que mon assistant canin les réalisent.
Enfin, il m’a été expliqué comment entretenir l’intelligence d’Odiak et sa capacité à sentir et me prévenir lorsque  je ne vais pas tarder à faire une crise d’épilepsie.
 
De par son odorat 100 000 fois supérieur à celui d’un humain, Odiak est en effet capable de sentir que je vais faire une crise d’épilepsie avant que je n’en ressente le moindre signe. Si il sent un changement métabolique, il me prévient par un geste bien précis, ce qui me permet de me mettre en sécurité.
Une fois la crise déclenchée, mon ami canin est formé pour prévenir mes proches en appuyant sur un buzzer avant de venir poser sa tête sur mon ventre ou mes jambes, ce qui a un effet apaisant et diminue le temps de la crise.
 
Le bienfait que m’apporte Odiak est pourtant loin de se limiter à la facilitation de la gestion de mes crises d’épilepsie. Il ne m’a par exemple fallu que quelques jours pour sentir la diminution de mon anxiété et la tranquillisation que sa simple présence m’a apportée (une observation que plusieurs de mes proches ont aussi reconnu).
Mon chien est aussi d’une aide importante pour mes proches qui peuvent maintenant compter sur Odiak pour s’occuper de moi en cas de crise.
De plus, comme la plupart des individus de son espèce, mon chien attire l’attention de beaucoup de gens, ce qui a un effet sociabilisant sur moi. La stigmatisation étant l’un des problèmes majeurs auxquels doivent faire face de nombreux épileptiques. On peut dire que la sociabilisation et l’intégration provoquée par la présence du chien représentent une aide de plus que ce dernier apporte à son maitre (ou plutôt à son amis humain).
 
Enfin, pendant de nombreuses années il m’a été difficile de prendre des décisions si elles impactaient d’autres personnes que moi. Au fil du temps j’ai pu rencontrer beaucoup d’épileptiques ayant le même problème, cela en raison de la surprotection que nous avons subit (à des échelles très variables) et qui nous a empêché d’apprendre à décider pour les autres. L’arrivée de mon chien d’assistance m’a permis d’y remédier,  car au quotidien que je suis amené à faire des choix pour moi, mais également pour lui afin que notre binôme fonctionne.
Odiak est aussi un jeune chien plein de vie qui, après une longue journée de travail, a besoin de se défouler et de jouer comme tout autre compagnon à quatre pattes. C'est un moment important pour lui qui doit rester vigilant et concentré.
 
En quelques semaines, il est devenu indispensable, tant par son travail et gestion de crises que par l'affection que nous avons l'un envers l'autre. »
 
https://handichiens.org/
 
 

 
 
 
 
 


Lu 254 fois modifié le 2 Avril 2021